Deûlémont : L214 accuse une bergerie de graves irrégularités dans la vente de moutons à l’Aïd

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur pulvinar ligula augue quis venenatis. 

Des moutons paniqués aux pattes liées sont chargés dans des malles par des particuliers et des familles. C’est ce que l’on voit dans une nouvelle vidéo choquante diffusée par L214 mercredi soir. La Société protectrice des animaux l’a enregistré le 8 juillet, la veille de l’Aïd el-Kebir, à Deûlemont dans le nord, dans la bergerie SOFA (Société Ovine Flandres Artois). Pratique totalement illégale selon L214 : pendant la fête religieuse de l’Aïd, les agriculteurs ont le droit de vendre des moutons aux particuliers, mais ils ne sont pas autorisés à partir avec eux. C’est à eux d’organiser le transport.

Pour voir ce contenu YouTube, vous devez accepter les cookies publicitaires.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

« On voit des particuliers venir acheter des moutons. Jusqu’à présent c’est autorisé, peut-être pour la fête de l’Aïd, sauf ce que l’on voit, c’est qu’ils chargent des moutons dans les coffres des voitures, ce qui est interdit », a déclaré le porte-parole de L214, Sébastien Arsac.

La Préfecture du Nord a en effet pris un arrêté interdisant le transport d’animaux par les particuliers entre le 4 et le 14 juillet. D’où l’indignation du co-fondateur de l’association : « Ici, c’est la responsabilité, l’éleveur doit organiser le transport des animaux jusqu’à l’abattoir. participation, complicité dans l’abattage illégal.

L214 a donc porté plainte contre SOFA au tribunal de Dunkerque ce mercredi soir. Elle a également lancé une pétition en ligne réclamant des sanctions et des contrôles stricts, une pétition adressée au ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et au préfet du Nord Georges-François Leclerc.

La bergerie de la SOFA nie 

La bergerie de la SOFA nie 

La société SOFA encourt jusqu’à six mois de prison et 15 000 euros d’amende par mouton vendu : le gérant de SOFA nie tout. Il explique que le jour où la vidéo a été prise, sa bergerie était fermée. Il ajoute : « Il n’est pas certain que ces photos aient été prises chez moi, nous avons toujours respecté tout le monde, nous avons toujours été dans la légalité », conclut-il.

À Lire  Huile de friture : un nouveau carburant ? Prix, moteurs, transformation... Ce qu'il faut...

Quant à la préfecture du Nord, elle a refusé de s’exprimer. L214 dénonce également l’absence totale des services vétérinaires : « Nous avons prévenu la préfecture de Sever et les services vétérinaires dès que nous avons vu ce qui se passait. Nous avons appelé, pas de réponse, nous avons envoyé des mails, pas de réponse. C’était début juillet », nous sommes début août », conclut Sébastien Arsac. L214 demande qu’une enquête soit menée pour déterminer le nombre d’animaux vendus illégalement par SOFA.

Comment peler un cochon ?

Comment peler un cochon ?

Un fusil d’abattage lui tire une balle dans le front et le cochon s’effondre. Nous l’attachons au tracteur pour le soulever dans les airs. La ponction suffit à drainer le sang qui s’accumule dans la casserole. Il est ensuite brièvement mélangé à la main avant de filtrer.

Comment enlever la peau d’un cochon ? Pincez la peau au bas du sternum où les côtes se terminent et où commence l’abdomen, puis tirez-la aussi près que possible. Enfoncez le couteau et coupez lentement jusqu’au milieu du ventre du cochon, entre les deux rangées de trayons.

Pourquoi les abattoirs existent ?

Pourquoi les abattoirs existent ?

1Les abattoirs sont créés au début du XIXe siècle dans le but de faciliter le contrôle sanitaire de la viande de boucherie, jusque-là dispersée dans des abattoirs individuels : « La vocation des abattoirs est de permettre le contrôle de la qualité de la viande. , pour prévenir le danger d’abattage d’animaux et…

Pourquoi les chevaux vont-ils à l’abattoir ? Plus de la moitié de ces animaux sont issus du monde des courses. Trop usés par la concurrence ou sous-alimentés, ils sont inutiles et trop chers pour que les propriétaires s’en débarrassent en les envoyant à l’abattoir.

Pourquoi faire saigner un animal ?

Il prévient la douleur, la peur ou l’excitation des animaux, protège les employés et leur permet d’être bien étourdis. Il sera plus facile pour l’opérateur d’utiliser correctement l’équipement si l’animal est calme et immobile dans l’abattoir.