Crédit immobilier : attention à la hausse des frais de dossier !

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur pulvinar ligula augue quis venenatis. 

(Crédit photo : Adobe Stock – )

Après la hausse brutale des taux de crédit, c’est l’autre coup dur pour les emprunteurs. Les frais de dossier sont désormais plus coûteux et moins négociables.

Après la hausse brutale des taux de crédit, c'est l'autre coup dur pour les emprunteurs. Les frais de dossier sont désormais plus coûteux et moins négociables.

Il devient de plus en plus difficile d’obtenir un prêt immobilier de nos jours, c’est le moins qu’on puisse dire. Même le profil aisé n’est pas sûr d’en obtenir un. La faute au taux maximum que les banques peuvent prêter (taux d’intérêt) qui est souvent dépassé. Pour faire baisser le taux global (taux du crédit + frais de dossier, garanties…), les emprunteurs disposent d’une certaine marge de manœuvre. L’allongement de la durée du prêt ou l’augmentation de votre apport sont les exemples les plus classiques, mais ils ne garantissent pas toujours le succès. Il y a encore une négociation sur les frais de dossier qui sont pris en compte dans le calcul du taux de port et donc son poids dans la cote de crédit globale. Dans ce domaine, les emprunteurs peuvent s’attendre à demander des raisons. Mais ça c’était avant!

Pour accroître leur rentabilité, de plus en plus de banques augmentent les frais de dossier ou sont de moins en moins enclines à accepter de les négocier. La Banque Populaire d’Île-de-France les a augmentés de 500 à 750 euros, tandis que le coût minimum pour LCL a augmenté de 50 euros, jusqu’à 750 euros et peut monter jusqu’à 1% du montant emprunté, selon le niveau actuellement en vigueur. ., disponible en ligne. Chez Société Générale, vous pouvez payer jusqu’à 1000 euros. Si vous choisissez BNP Paribas, la facture peut être très élevée : 1,1 % du montant du prêt, avec un minimum de 500 euros. Pour un prêt de 200 000 euros, cela équivaut à plus de 2000 euros ! « 

À Lire  Assurance habitation ou locataire : tout ce que vous devez savoir